Moins vite, moins haut, moins fort.
Accueil du site > Comité Anti-Olympique > Documents > Oui au JEU à Annecy, mais sans J.O. !

Oui au JEU à Annecy, mais sans J.O. !

vendredi 23 janvier 2009, par Une haut-savoyarde

De plus en plus de voix se font entendre contre la candidature annécienne aux JO de 2018. Voici un texte venant appuyer la création toute récente du Comité Anti-Olympique local.

Oui au JEU à Annecy, mais sans J.O. !

N’est-ce pas parce que la ville est située dans une magnifique aire de jeux naturelle que de nombreux habitants et touristes ont choisi d’y vivre ou d’y passer ? Et oui ça nous plaît de jouer à cache-cache dans la forêt du Semnoz, de nous prendre pour un oiseau en volant depuis Planfay , de rivaliser de hardiesse sur les plongeoirs naturels du Roc de Chère…

Une comtesse aurait légué les terrains du Pâquier à la ville à condition que les enfants aient toujours le droit d’y jouer… Grand merci à elle, d’autant plus que les plus âgés ne s’en privent pas non plus. Et merci aussi aux collectivités et associations qui facilitent toutes ces activités ludiques par des initiatives et des équipements. C’est ainsi encore sur le Pâquier à l’occasion des concerts et projections en plein air que beaucoup peuvent partager le plaisir de ce festival plutôt spécialisé qu’est le festival d’animation. La fréquentation des skate-parcs et autres via ferrata révèle aussi bien de nombreux talents que l’intérêt social de ces lieux de jeux et de rencontres. Jeux sportifs, jeux d’esprit, jeux stratégiques, tout pour se prendre au jeu.

Et oui même à des jeux payants, lorsque leur coût reste raisonnable et lorsque l’appât du gain ne fait pas oublier le respect de l’environnement. Rien de scandaleux par exemple dans le fait de payer les remonte-pentes ou un droit de ski de fond sur une belle piste bien tracée. Et du fameux Pâquier, nous n’avons pas forcément envie de voir disparaître le manège et les petits chevaux à l’ancienne…

Et si certains aiment jouer en se mesurant aux autres, les occasions ne manquent pas dans le bassin annécien : combien de marathons ou autres épreuves, des plus classiques à des plus originales comme l’Ancilevienne ? Un grand savoir faire dans l’organisation sans doute, c’est bien, continuons… mais dans la convivialité.

Jouons, entraînons-nous, improvisons, créons, mesurons-nous, admirons. Avons-nous besoin des jeux olympiques pour cela ?

De l’expérience d’autres villes, nous avons appris que se si les J.O. sont générateurs de structures, ce ne sont pas de celles qui permettront d’améliorer les conditions de logement sur Annecy. Le prestige ? La surfréquentation des rives du lac ainsi que les surenchères dans l’immobilier montrent qu’Annecy n’a pas un besoin vital d’un coup de pub… Ce qu’apporteraient les J.O. à coup sûr à notre agglomération : encore plus de démesure financière, donc encore plus d’inégalités, toujours plus de contrôles, un renforcement de la tendance à cacher ce qui fait désordre.

Alors que ceux qui veulent développer le caractère ludique d’Annecy ne jouent pas aux Gentils Organisateurs de Joutes Olympico-mediatico-financières mais réfléchissent et nous associent à d’autres initiatives qui profitent à tous : par exemple à une 3ème piscine – parc aquatique qui ne serait pas un luxe !

Oui à des jeux dont nous restons acteurs. Oui à des jeux dont nous maîtrisons les règles. Oui aussi aux jeux de l’amour et du hasard…

Mais non aux jeux du cirque médiatique Non, les jeux ne sont pas faits, refusons les J.O.

Le 15 Janvier 2009, Marie-Hélène PEYRET


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP