Moins vite, moins haut, moins fort.
Accueil du site > Comité Anti-Olympique > Actualités > Grâce aux Verts, "le CIO peut respirer" (Le Monde)

Grâce aux Verts, "le CIO peut respirer" (Le Monde)

mercredi 21 janvier 2009, par CAO


"Faudrait-il aller jusqu’à arrêter les JO ?", demande Le Monde dans son article consacré à l’impact écologique des J.O d’hiver, ce mercredi 21 janvier, jour de remise des dossiers de candidatures au Comité National Olympique Français (voir ci-dessous).

A cette question, les nombreux Grenoblois rencontrés sur les marchés, dans les débats ou lors d’événements publics, et les signataires de la pétition anti-olympique, répondent sans hésitation : "Non aux J.O, ni ici ni ailleurs". Ravages écologiques et sociaux, pratiques mafieuses et décisions opaques, dopage, fric et compétition : les habitants de la cuvette conscients de la réalité olympique dissimulée derrière le spectacle et la propagande n’ergotent pas. Devant les stands du Comité Anti-Olympique ou dans leurs courriels, ils tirent les conclusions qui s’imposent : quand on s’oppose à la destruction de la planète, à la corruption, au mensonge, à l’idéologie de la compétition et de la loi du plus fort, on est pour l’arrêt du cirque olympique.

Les Verts, eux, sont des adeptes de la "pensée complexe" (E. Morin). Au Monde qui les interroge, ils répondent, par la voix de Gwendoline Delbos-Corfield : "Cela pose tellement de questions que je ne peux pas vous répondre tout de suite". Comprenez : en raison de luttes intestines au sein du parti, nous ne pouvons pas tirer de conséquence des désastres que nous dénonçons. Voilà comment, une fois de plus, l’écologisme électoral se fait le co-gestionnaire de la catastrophe. La preuve : grâce à l’intervention des écotechniciens Verts, le logiciel d’aide à la décision du CIO ("Decision Matrix") sera amélioré pour accorder un coefficient plus élevé au paramètre Environnement.

Conclusion du Monde : "Le CIO peut respirer, le principe même des JO, pour l’instant, n’est pas mis en cause."

Les milliers de Grenoblois opposés aux JO ici et ailleurs en tireront les conclusions qui s’imposent sur le traitement journalistique réservé à leur opposition.

Il faut croire qu’au Monde, en vertu des principes du Développement Durable, on pratique le tri sélectif des informations, afin, justement, d’assurer la durabilité du Développement.

Précisons qu’Hervé Kempf, l’auteur de ce papier, ne peut pas ignorer l’existence d’une opposition au "principe même des JO", ayant reçu un dossier de presse complet du Comité Anti-Olympique, et relayant sur son blog (reporterre.net) la pétition du CAO. Le même Hervé Kempf fait actuellement la promotion de ses derniers ouvrages. Leurs titres : "Comment les riches détruisent la planète" et "Pour sauver la planète, sortez du capitalisme".

Avec de tels opposants, le capitalisme peut respirer.

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP